Devise des Templiers

Devise des Templiers

"Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tu da gloriam'', que l'on peut traduire par "Non pour nous, Seigneur, non pour nous, mais pour la gloire de ton nom" était la célébre dévise des Chevaliers de l'ordre du Temple : les Templiers. Découvrez à travers notre article l'origine de la devise et l'histoire de cet ordre religieux et militaire de la chevalerie chrétienne

Pour le commun des mortels, la genèse de l’Ordre des templiers est une histoire totalement méconnue et qui a laissé libre cours à diverses interprétations. Cependant, les bribes d’informations qui nous parviennent à ce sujet sont truffés d’erreurs et d’incohérences aussi aberrantes les unes que les autres. Pourtant, des pans entiers de l’histoire ont été consacrés aux templiers, aux Croisades, ils ont été à l’origine de l’émergence d’une nouvelle civilisation en occident. Qui sont-ils ? Comment sont-ils organisés et quelle est leur devise ? Voyons tout cela !

La devise des Templiers et leur origine

Chevaliers Templiers

Au premier siècle après Jésus-Christ, l'Europe était composée essentiellement de provinces, ces dernières étaient dirigées de main de fer par des seigneurs qui ne cessaient de se livrer des guerres sans merci dans le vil dessein d'accumuler des richesses dans leur forteresse. La sécurité était un concept obsolète, il n'était fait aucun cas de la culture ni de la religion, l'Europe vivait donc une période sombre caractérisée par le chaos et l'anarchie. C'est au milieu de ce tumulte que vont surgir de braves hommes qui vont radicalement bouleverser l'occident.

Ces intrépides moines soldats organisés en Milice et en Commanderies se sont donné pour vocation de sécuriser les itinéraires empruntés par les fidèles, les pèlerins, pour se rendre au pèlerinage, soulager leur misère, les soigner et leur témoigner de l'amour, tels étaient l'ultime but de ces guerriers. Vers 1118, peu de temps après le succès de la première croisade, Hugues de Payns, fondateur et premier Grand-maître de l'ordre du Temple, et huit autres chevaliers ont offert leurs services au patriarche de Jérusalem à cet effet.

Ville de Jérusalem

Ville de Jérusalem, Israël, lieu du Saint Sépulcre

Ils ont fait des vœux de modestie, de pauvreté et d'obéissance, ont suivi la règle augustinienne et ont patrouillé le chemin de pèlerinage pour aider et protéger les voyageurs dévots. Le roi Baldwin II de Jérusalem a remis la résidence des chevaliers dans l'aile du palais royal qui faisait partie du temple juif ; D'où les noms « Templiers » et « Chevaliers du Temple ». Cet ordre fut légitimement investi lors du concile de Troyes en 1129.

La devise des templiers, vulgaire emblème ou noble cause ?

Sculpture de Templier

"Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tu da gloriam'' (Non pour nous, Seigneur, non pour nous, mais pour la gloire de ton nom), telle était la devise de cet ordre militaire. La devise des templiers exprimait une profonde humilité et un engagement sans faille pour que triomphe l'amour, la bonté, le salut des âmes. Cette devise exprimait un renoncement total de soi. L'altruisme dont les templiers défendaient les valeurs, n'était pas l'expression d'une motivation passagère, mais un trait de caractère orienté par une noble cause, celle de l'amour et de la justice, elle implique la suppression de toute intention égoïste et d'égocentrisme.


La vie des templiers était basée sur le symbole de la manifestation d’une vie consacrée exclusivement au bien des autres, ces braves soldats étaient donc poussés à agir en ayant pour motivation ultime le bien être des autres et l’absence de toute forme d’arrière-pensée, cet amour inconditionnel qui caractérisait les templiers les poussait à lutter pour des causes aussi nobles que la paix, l’évangile, la sécurité du croyant et l’ascension spirituelle vers le divin.

Les templiers ne faisaient aucun cas de leur vie, ils ne craignaient pas de laisser leur vie sur le chant de bataille pas plus qu’ils n’éprouveraient aucun remord à ôter la vie d’un incrédule, la mort d’un templier n’était donc pas considérée comme une tragédie d’autant plus que si l’altruisme suscite un désintéressement absolu, elle n’implique donc pas un sacrifice ou une prise de risque personnelle.

Comment étaient organisés les Templiers ?

Chapelle de Rosslyn

Chapelle de Rosslyn, dessinée par William Sinclair, un descendant des Templiers.

Les Templiers étaient dirigés par un grand seigneur ; son adjoint était le Sénéchal. Il est suivi du maréchal, qui était chargé de diriger la garnison, la gestion des chevaux, les armes, l'équipement et les commandes de fournitures. Le Commandeur de la Terre de Jérusalem venait en quatrième position dans la hiérarchie, il assurait aussi la trésorerie. Le Commandeur de la Cité de Jérusalem avait en charge le volet médical et hospitalier. En campagne, il avait la lourde responsabilité de faire garder la croix, et il vouait sa vie au Christ.

Le commandeur de Tripoli et d'Antioche représente les notables de ces provinces et a les mêmes avantages que ces derniers. Les commandants des autres provinces ont le même statut que les commandants précédents, la seule différence est qu'ils n'ont pas de maréchal pour les suppléer, d'autant plus que ces provinces ne sont pas en guerre. Le Frère Drapier est chargé d'une partie de la logistique de tous les frères de l'Ordre. C'est à lui que revient la responsabilité de fournir les uniformes et le matériel de couchage aux frères de l'ordre.

Les Frères Chevaliers Commandeurs des Maisons étaient simplement responsables de la commanderie, des forteresses, des villages, toutes les informations qu'ils récoltaient sur le terrain devraient être relayées au Commandeur de la Terre ou de la Province. Les Commandeurs des Chevaliers avaient pour vocation de diriger les chevaliers laïcs qui servaient à terme dans l'Ordre. Le Turcoplier assurait la gestion des troupes indigènes, en ce qui concerne le Sous-Maréchal il était sous les ordres du maréchal du Couvent. Quant au Gonfanonier, Il supervise les écuyers. Le Commandeur de la Voûte d'Acre était chargé de la réception et de l'administration des biens de l'ordre qui étaient débarqués par les bateaux.

Nous venons de voir quelle était la devise des Templiers. Mais comment ont-ils disparus ?

Le bucher des Templiers

Dans toute la France le vendredi 13 octobre 1307, les hommes de Philippe IV dit Philippe le Bel, Roi de France, se rendent à l'aube dans toutes les maisons et garnissons templières, frappent à la porte et présentent aux membres de l'Ordre du Temple les accusations pour lesquelles ils sont soupçonnés et arrêtent en masse les membres de l'ordre.

Le Chevaliers Templiers ont alors été torturés et soumis à des simulacres de procès. Finalement, une énorme quantité de preuves a été réunie qui semblaient montrer que les Templiers étaient individuellement coupables de crimes terribles contre la foi chrétienne et contre l'église et, en tant qu'institution, irrémédiablement corrompus.

Philippe Le Bel

Philippe IV le Bel (1285-1314)

La première réaction des autres dirigeants occidentaux à l'attaque de Philippe Le Bel contre les Templiers semble avoir été une sorte de choc, d'incompréhension. Même Edward II, nouveau venu sur le trône d'Angleterre, et qui n'était pas connu et reconnu comme étant un roi merveilleux ou sensé, ne pouvait pas vraiment y croire.

Il à cette époque fiancé et allait bientôt épouser la fille de Philippe Le Bel, et il avait donc intérêt à s'aligner.

Le pape de l'époque, Clément V, était un Gascon. La Gascogne était anglaise, mais elle faisait aussi partie de la France et il était donc plus ou moins français. C'était un pape très souple qui était dans la poche de Philippe IV. Il ne s'est jamais installé à Rome et a été le premier pape à vivre en Avignon. Les gens le voyaient comme une marionnette française. Le Pape Clément ne dit rien.

Les terres des Templiers, où se trouvait leur véritable richesse, ont été données aux Hospitaliers. Elles n'ont pas été données au roi de France. 

Être templier au XXIe siècle qu’est-ce que cela implique ?

Chevaliers Templiers

Le chevalier d'hier était un catholique qui s'est battu pour défendre la Terre Sainte et lutter contre les « forces obscures ». Les templiers vivaient sans rien posséder, pas même leur propre volonté. Couverts de poussière, le visage brûlé par le soleil, ils combattaient de manière intrépide, armés de nobles conviction solidement ancré dans leur cœur, leurs armes sont leur seule parure : ils se battaient sans se soucier du nombre ou de la force des barbares, toute leur confiance dépendait de Dieu, et luttant pour sa cause, ils recherchaient une sorte de victoire ou de mort sacrée.

De nos jours, ils vous est permis de rendre hommage aux Chevaliers de l'ordre du Temple en portant un bijou marqué de la célèbre croix et emprunt de cet esprit chevaleresque. La boutique en ligne Croix Templiers vous propose à cet effet une multitude de produit de qualité.

Les templiers allaient au bout de leur quête, la mort n’étant plus un frein mais la quintessence même de leur engagement. Le chevalier du Seigneur donne la mort en toute sérénité et la reçoit avec plus de confiance encore, qu’ils vivent ou qu’il meurt, c’est pour le ChristLa lutte menée par les chevaliers d’aujourd’hui est la conscience claire du Saint-Esprit et le rayonnement des grands principes humanitaires que sont la liberté, l’égalité et la fraternité. Il est avant tout un défenseur du monde chrétien, et n'oublie pas que les Templiers ont donné leur vie pour cet idéal chrétien qui a duré des siècles.